Quel est le meilleur équivalent à Lightroom gratuit ?

Dernière mise à jour: 13.06.24

 

Il y a longtemps de cela, afin de traiter et de classer des fichiers de différents formats tels que JPEG et RAW, nous étions obligés d’y mettre le prix. Désormais, à part les alternatives proposées par Adobe System, des solutions open source sont disponibles et en termes de performance, elles font bien leurs boulots. Il est important avant toute chose d’en connaître plus pour faire le bon choix et c’est ce que nous allons expliquer dans cet article.

 

Les options gratuites

Récemment, Adobe a adopté de nouvelles politiques tarifaires sous forme d’abonnement, et en parallèle des logiciels gratuits pour gérer et réaliser des retouches sur des images RAW ont été mis à la portée de tous. Comme équivalent de Lightroom, on peut citer Luminar, Affinity Photo ou DXO Photo Lab. Certains d’entre eux présentent plus d’options, mais ce qui attire surtout les utilisateurs c’est leur caractère non-payant. Pour satisfaire le maximum d’usagers, les développeurs travaillent nuit et jour pour sortir des logiciels de plus en plus performants et adaptés à tous, experts ou débutants.

Au lieu de télécharger Adobe, vous pouvez donc choisir un des logiciels qui suivent si vous voulez classer et traiter des images sur Linux, Windows et macOS. Mais étant donné que notre sujet porte sur les équivalents de Lightroom, il est bien de préciser que les modèles ci-dessous ne sont pas recommandés pour faire des retouches d’image difficiles. Pour les tâches plus complexes, achetez le logiciel Photoshop ou optez pour une application Photoshop gratuite.

Les logiciels pour le traitement des fichiers RAW

Les images provenant des smartphones sont souvent en format JPEG, et pour certains photographes, surtout ceux qui n’œuvrent pas dans le professionnalisme, ce format est standard. Toutefois, à cause des APN (reflex ou hybrides), et des téléphones haut de gamme, le format RAW s’impose petit à petit. Il est à noter que dans le monde du numérique, ce format correspond au négatif. Comme c’est un fichier non compressé, le RAW est plus lourd

Il regroupe l’ensemble des informations concernant l’image. Ainsi, il nécessite un traitement particulier pour avoir de meilleurs résultats. Les améliorations que vous pouvez faire sont au niveau des lumières. En ce sens, vous pouvez éclaircir ou apporter plus d’ombres. Vous avez aussi la possibilité de jouer sur la saturation des couleurs et choisir des teintes plus ternes ou plus vives. Mieux encore, songez à travailler la tonalité et d’autres options pour obtenir un rendu se rapprochant des photos Adobe. 

Traiter des images sous le format JPEG est plus complexe que de modifier des fichiers RAW parce qu’avec une image RAW, il est possible de revenir sur certaines erreurs. Vous avez l’occasion de rectifier les couleurs, le contraste, la sous-exposition et la surexposition.

Les logiciels qui n’acceptent pas les fichiers RAW, tels que Pixlr, ne font pas partie de cette sélection. L’IrfanView n’est pas non plus une excellente alternative, car souvent il choisit la facilité en proposant uniquement des retouches automatiques. Quand on favorise ce type de solution, il est rare que le résultat corresponde à nos attentes.

Hormis le Lightroom gratuit, Picktorial est un logiciel pour RAW. Il a la capacité de traiter et de classer avec une grande efficacité vos images sous le format RAW et JPEG. Malheureusement, il n’est disponible que sur macOS et les options dans la version non payante sont restreintes. Les mêmes inconvénients sont aussi remarquables avec PhotoMur 3, le côté gratuit est plutôt attractif, mais il est dommage que l’intelligence artificielle prenne le dessus sur le traitement. C’est souvent à cause de ces petits problèmes que les utilisateurs préfèrent par exemple la version gratuite de Photoshop ou ils choisissent tout simplement le Lightroom gratuit pour Windows.

Même s’ils ne sont pas payants et sont dédiés au développement RAW, tous les autres logiciels créés par les appareils photo engendrant des images RAW ne figureront pas dans notre sélection. En ce sens, ni Nikon Capture NX ni Canon Digital Photo Professional ne seront pris en compte. Les connaisseurs savent bien à quel point ces logiciels excellent lorsqu’il faut effectuer des retouches basiques. Néanmoins, leurs performances se limitent au traitement de leur propre fichier RAW. Et c’est d’ailleurs un point qui pousse les photographes à travailler sur Lightroom ou Photoshop, plutôt que sur un logiciel trop spécialisé.

 

Polarr Photo Editor : la solution pour les débutants

Pour les novices, ce modèle est le meilleur équivalent de Lightroom gratuit. Il est généralement utilisé pour améliorer des photos sur Android et iOS. Les habitués le reconnaîtront de suite. Il est également adapté aux macOS et Windows. Auparavant, une connexion internet était indispensable pour effectuer des retouches avec Polarr puisque chacun des calculs se faisait sur le cloud.

Maintenant, le logiciel est complètement indépendant et même une extension chrome est disponible. Il se reconnaît par son interface sombre, très apprécié par tous. Il est simple à employer, il vous suffit de bouger le curseur selon vos besoins. Son option correction automatique est assez efficace.

 – Fonctionnement

Un des points forts d’Adobe Lightroom est sa grande aisance sur le classement des images, que ce soit sur Lightroom classique ou sur Lightroom gratuit. Mais pour Polarr, son atout majeur est la retouche photo. Le processus débute par le recadrage et vous pouvez pivoter les images si c’est nécessaire. Pour cela plusieurs aspects sont proposés, néanmoins les plus utilisés sont le 1 : 1 (adapté au post sur Instagram), et le format 16/9. Quand c’est fait, vous pouvez appliquer des filtres, vous avez le choix parmi les 120 proposés par le logiciel.

Ensuite, vous avez également la possibilité de traiter vos photos en rectifiant la lumière ou la couleur. Une autre particularité de Polarr est sa capacité à détecter automatiquement les visages dans le but d’instaurer une amélioration au niveau de la peau. Grâce à cette intelligence, adieu les masques compliqués. Toutefois, ces derniers sont plus pratiques si vous ne voulez pas retoucher entièrement la photo.

À l’aide de ce logiciel, vous pouvez aussi personnaliser vos images en ajoutant des formes bien spécifiques ou des textes, avec filigrane ou non et avec ou sans métadonnées. Les changements terminés, Polarr vous laisse choisir entre les formats suivants : TIFF, JPEG et PNG. À vous également de déterminer les dimensions.

 – La version payante de Polarr

Plus d’options sont à votre portée si vous payez 4 $ par mois (soit 30 $ l’an). Avec cette autre version, vous disposez de plus de filtres et de nombreux effets pour sublimer vos photos. En ce qui concerne les masques, ils gagnent en complexité (dégradé, couleur, radial,). Grâce à cet abonnement mensuel ou annuel, l’exportation ainsi que l’enregistrement des filtres peuvent se faire par lot, ce qui n’est pas faisable avec la version gratuite. Et son atout majeur repose sur la possibilité de toujours garder ses préférences, peu importe l’appareil employé (Smartphone, Mac ou Windows). Ceci dit, Polarr est plus une application de retouche adaptée aux amateurs. Son utilisation est simple et rapide tout en demeurant efficace.

 

Le bon
Le mauvais
Conclusion
Prix

 

Darktable : l’alternative open source

Auprès de nombreux photographes, Adobe ne connaît plus le même succès qu’avant, depuis le jour où la firme a décidé de faire payer ses utilisateurs à travers un abonnement. Gimp est excellent pour la réalisation de retouches, mais son point faible réside au niveau du développement des photos par lots, qu’il s’agisse de fichiers RAW ou JPEG. Donc au lieu d’acheter Photoshop ou si vous voulez tester d’autres logiciels (mis à part le Lightroom gratuit), essayez Darktable. Il a été modéré par la grande communauté open source il y a 10 ans. Son objectif est de vous offrir la meilleure solution pour traiter et classer les images.

Darktable est-il la version open source de Lightroom ?

Dire que Darktable est la version open source de Lightroom est un peu osé même si les 2 présentent certaines similitudes. Dans de nombreux avis sur Darktable, des utilisateurs évoquent aussi le terme « clone ». De ce fait, un photographe habitué au logiciel Lightroom se retrouvera facilement avec Darktable. Les interfaces de ces 2 logiciels ont quelques ressemblances, notamment au niveau de la séparation entre la chambre noire (développement) et la table lumineuse (catalogue), l’option « dark mode », l’emplacement des outils à droite et les vignettes qui sont placées en bas. 

Malgré ces points communs, les développeurs de Darktable ont travaillé dur pour se défaire de l’étiquette clone et devenir un équivalent de Lightroom. La philosophie de Darktable est complètement différente de celle de Lightroom Adobe, et c’est pareil pour les algorithmes. En ce qui concerne les outils proposés, le logiciel offre des apparats classiques, communs à tous ses équivalents.

Si la plupart des logiciels se limitent à l’importation des photos, Darktable détecte automatiquement l’appareil photo connecté. Il vous permet aussi de choisir parmi un dossier ou un fichier. Pour repérer simplement les images à traiter, les miniatures dont les tailles peuvent être ajustées sont très utiles. Et pour ce qui est du classement, ne vous demandez plus qui est le meilleur, Rawtherapee ou Darktable ; car Darktable est plus efficace et plus pratique. Avec ce logiciel, vous disposez de plusieurs métadonnées. Vous pouvez également effectuer des recherches à partir des dates, de la géolocalisation, des titres ou des paramètres de prise de vue.

 

Darktable convient-il à un usage professionnel ?

Certains répondront oui tandis que d’autres estiment que Darktable ne propose pas assez d’options pour satisfaire les exigences d’un photographe professionnel. Malgré quelques incompatibilités du logiciel face à aux boîtiers photos récents, il tient quand même ses promesses. Il est clair que comparé à l’alternative Lightroom, Darktable est un novice. Cependant, un résultat avant/après de Lightroom sera similaire à celui de Darktable. Il peut même être plus performant. Les masques paramétriques, le module fluidité et l’accentuation de la netteté en utilisant la décomposition en ondelettes font partie des atouts du logiciel.

Les photographes tombent également sous son charme grâce à ses nombreuses options de réglages. Par exemple, la gestion des profils de couleurs, le mode retouche non destructif, ou encore la gestion des formats des fichiers. Si autrefois, l’accélération matérielle était propre aux logiciels payants, elle est maintenant présente sur Darktable. Selon l’objectif photo utilisé ou le modèle d’appareil photo, le logiciel a aussi la capacité d’appliquer instinctivement des préréglages ou des styles.

L’open source RawTherapee

L’Adobe Lightroom classique CC a fait connaissance avec un autre concurrent du nom de RawTherapee. C’est un logiciel qui convient à Linux, aux PC Windows et aux macOS. Il est parfait pour traiter et cataloguer des images efficacement. RawTherapee présente lui aussi des similitudes avec le Lightroom CC, que ce soit pour l’agencement ou pour l’interface sombre. Le contenu d’un dossier est visible sur le centre sous forme de vignettes. Quant au navigateur de fichiers, il se trouve à gauche.

Une gamme de filtres perfectionnés vous permet d’organiser et de classer correctement vos fichiers. Donc, il sera facile de rechercher une photo juste par la compensation d’exposition, par le type d’appareil ou par l’objectif utilisé. Toutefois, si sur Darktable vous pouvez « taguer », ce n’est pas possible avec RawTherapee. De ce fait, vous ne disposez que d’informations EXIF non modifiées. La meilleure chose que vous puissiez faire est de mettre des métadonnées de type IPTC.

Avec le logiciel, même une image en mode planche contact peut être rectifiée ou pivotée. C’est indispensable lorsque vous devez traiter plusieurs photos.

 – Les fonctionnalités sur RawTherapee

C’est l’éditeur photo par excellence pour le traitement des fichiers RAW. RawTherapee propose un large éventail de fonctions. Pour vous aider à repérer les différents outils, ils sont placés dans des onglets. Comme ses semblables il présente les réglages de bases et peut vous offrir d’excellents rendus même si vous ne vous êtes pas servi d’un réflecteur de lumière. Ce qui le distingue de Darktable, c’est la configuration des boîtes d’outils, il faut les réduire sinon vous devez parcourir différents onglets avant de tomber sur le bon outil. Sur le logiciel, les outils de dématriçage dédiés aux fichiers RAW ont été améliorés.

En termes d’exportation, vous pouvez choisir parmi les formats TIFF, JPEG et PNG, mais vous ne pouvez pas déterminer les dimensions d’export. Pour des tailles personnalisées, Photoshop ou Lightroom est plus approprié. Des tutoriels sur RawTherapee sont disponibles si vous voulez apprendre à l’utiliser.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES