Quatre photos restées dans l’histoire

Dernière mise à jour: 04.10.22

 

En bons passionnés de photographie et de tout ce qui touche à ce monde artistique, nous avons, comme tout le monde, mis le pied à l’étrier pour diverses raisons. Parfois, l’influence d’un parent ou d’un ami peut nous pousser vers une passion ou dans d’autres cas, c’est bel et bien la vision ou la découverte subite de quelque chose qui peut définitivement nous faire chavirer. Dans le monde de la photographie, la vue d’une photo iconique ou d’un moment resté gravé, quel que soit le domaine ou la prise de vue, peut être l’instigatrice d’une carrière ou d’une voie. 

Des centaines de photos forcément connues de tous ont, à coup sûr, joué un rôle type pour beaucoup à ce sujet. Des clichés des plus grands photographes de mode, sportifs ou d’autres catégories se sont retrouvés catapultées aux premières loges grâce à diverses actualités et ont sans aucun doute, permis à de nombreuses personnes de devenir des passionnés, voire des professionnels de la photo. 

À ce sujet, quels sont les clichés restés encore à ce jour, dans l’histoire de la photographie et de leurs domaines respectifs ? Retour sur l’histoire qui se cache derrière et sur quatre photos légendaires… 

 

Déjeuner en haut d’un gratte-ciel, 1932 

Ni les noms des employés sont connus, ni celui du photographe. Cette photo a pourtant fait le tour du monde depuis sa prise à New York, en plein cœur du 20ème siècle. On y voit plusieurs travailleurs profiter d’une pause sûrement bien méritée pour s’octroyer le déjeuner d’une journée de travail. Rien de plus normal aux premiers abords, mis à part le fait que cette pause soit effectuée en haut du Rockefeller Center, le gratte-ciel new-yorkais, avec les pieds dans le vide total. Vertige pour l’observateur de la photographie et apparemment pas pour les travailleurs, pourtant morts en nombre dans la construction de cette référence de la skyline locale. 

Légende : La photographie a probablement été prise depuis le toit actuel

 

Chris Moneymaker – 2003 

Le photographe est malheureusement inconnu et le crédit dûment alloué à ce genre de photographies ne lui profite pas dès lors que son cliché est mentionné. Pourtant, la photo prise depuis Las Vegas en 2003 est rentrée dans l’histoire d’un divertissement devenu alors sport ou autre activité hautement respectée

Casquette vissée sur la tête en arrière et ceinture solidement serrée et plutôt bien remplie sont rapidement masquées par le phénomène d’une joie facilement perceptible sur un instant arrêté. Plus que jamais, l’Américain Chris Moneymaker portait parfaitement son nom et remportait les championnats du monde de poker. Sa joie est palpable et totalement logique direz-vous ! 

Elle est contrebalancée par les visages en contrefont, presque ternes pour certains membres de cet instant historique. Malgré eux. 

Pourquoi tant d’émotions discordantes ? Moneymaker vient de changer la face du monde du poker à tout jamais, tout simplement. Simple joueur en ligne du célèbre jeu de cartes, Moneymaker vient de propulser le monde du poker en ligne en avant grâce à un exploit retentissant encore à ce jour comme l’un des plus grands de tous les temps. Entré dans le tournoi avec 86$, il en ressortira vainqueur, avec plus de 2,5 millions dans les poches. De quoi énerver passablement les joueurs professionnels et susciter l’incompréhension chez les spécialistes. 

De nos jours, le monde du poker a connu de nouveaux grands champions historiquement issus du monde du poker en ligne et de ses nombreux tournois organisés chaque semaine sur la toile, partout dans le monde. Précurseur ultime, Moneymaker est l’image de ce changement culturel et surtout, cet instant précis a une photo liée à toujours à ce bouleversement. 

 

Le baiser de l’hôtel de ville – Robert Doisneau, 1950 

En France et partout dans le monde, Robert Doisneau est encore considéré comme l’un des plus grands photographes à avoir exercé. Et plus que pour des soucis esthétiques et d’inspiration, ce sont bien des exigences d’ordre financier qui permettront – sans le savoir dans un premier temps – au photographe d’effectuer son cliché ayant connu le plus grand retentissement. 

Le magazine américain Life lui commande dans l’après Seconde guerre, toute une série de photos sur le thème de l’amour et du printemps dans la capitale française. Parmi eux, le cliché du baiser de l’hôtel de ville deviendra le plus iconique. Aussi naturelle que puisse sembler être la scène, les deux amoureux sont en réalité des étudiants en théâtre. 

La photo connaîtra surtout sa grande popularité des années plus tard, en 1986, après le tirage d’une affiche en milliers d’exemplaires. Elle attirera de grands soucis d’ordre judiciaire à Doisneau, de nombreuses personnes estimant à tort et à des fins financières, être les amoureux en question. La rançon de la gloire ? Un photographe du talent de Doisneau s’en serait certainement passé. 

 

Colin Kaepernick s’agenouillant, Marcio Jose Sanchez, 2016 

Nous sommes le 1er septembre 2016 et le monde du sport va à jamais changer dans quelques minutes. Pour la plus importante des causes, le quarterback star des 49ers de San Francisco va poser un genou au sol pendant l’hymne américain, une semaine après s’être assis et avoir commencé à expliquer ce terrible affront par sa lassitude des violences et du racisme subis par la communauté noire au pays de l’oncle Sam. Plus personne ne se souviendra du score de cette rencontre, avant même qu’elle ne démarre. 

Légende : Malgré elle, la NFL allait créer les prémices d’un noble combat

Ni une ni deux et au cœur d’un simple match de pré-saison permettant à tout le monde d’effectuer ses bases, joueurs, entraîneurs et photographes, Marcio Jose Sanchez saute sur l’occasion. Saute ? Ou se couche même, s’assurant de prendre cette image rare et devenue une norme bienheureuse du dessous. On y aperçoit le joueur star et deux autres coéquipiers afro-américains. Derrière eux, un message affiché sur le stade que le photographe n’aurait jamais pu encadrer sans se coucher : Home of The Faithful. Littéralement, demeure des fidèles

Kaepernick défrayera la chronique, ne retrouvera plus jamais de poste en NFL, ligue ultra-conservatrice malgré la présence dominante de joueurs noirs, mais changera à tout jamais la face du monde sportif. Sanchez, lui-même issu d’une minorité, signera le cliché d’une lutte, pour des décennies entières. 

 

 

Laisser un commentaire

2 COMMENTAIRES

Damien

September 10, 2022 at 9:52 am

Un article sans les 4 photos mentionnées…
Quel talent.

Répondre
ProjectManager

September 11, 2022 at 11:01 am

Bonjour Damien,

Merci d’avoir pris le temps de nous laisser un commentaire et de nous faire part de ce retour. Cela nous permet d’améliorer notre travail.

Cordialement,
L’équipe Photovideotrend.com

Répondre