Comment bien utiliser un histogramme en photo ?

Dernière mise à jour: 23.02.24

 

Une œuvre photographique résulte de diverses manipulations effectuées avant et après l’appui sur le déclencheur de l’appareil. L’histogramme fait partie des paramètres sur lesquels vous pouvez intervenir, dans l’objectif d’obtenir un cliché de qualité. En appliquant des connaissances techniques en relation avec cet outil, vous pourrez obtenir un résultat surprenant.

 

Définition de l’histogramme

Comme le fameux graphique que vous étudiez dans les domaines scientifiques, l’histogramme dans le monde de la photographie vous permet également d’obtenir des interprétations précises sur la qualité d’un cliché. Il se matérialise en général par une courbe reposant sur un axe, et dont la surface indique le niveau d’exposition de l’image. Vous pouvez ainsi voir rapidement, avant d’appuyer sur le déclencheur, si votre sujet sera trop sombre ou trop éclairé, ou juste idéalement exposé. 

Un histogramme photo vous permet en fait de vérifier si ce que vous visualisez correspond à ce que vous voulez. Si telle est la situation, il ne vous reste plus qu’à appuyer sur le bouton et immortaliser le sujet ou l’objet. Dans le cas contraire, vous devez intervenir pour rééquilibrer selon vos besoins. L’analyse d’une photo nécessite avant tout de savoir lire l’histogramme. Cette procédure ne présente rien de compliqué, car la lecture de ce graphique se résume en quelques points essentiels : la reconnaissance du niveau de noir, celle du blanc, et évidemment de tous les intermédiaires.

Plus concrètement, le côté gauche correspond à la teneur en pixels sombres. Plus il y en a, plus le pic sera élevé sur le graphique, et plus la surface saturée tendra vers ce côté spécifique. En interprétation, lorsque vous tombez devant un histogramme avec un énorme pic à gauche, vous devez comprendre que la photo est dominée par la couleur noire. Elle sera donc sombre, et vous devrez intervenir sur votre paramétrage et votre mise au point pour l’éclaircir. Par contre, cette option peut vous servir dans l’objectif d’une image artistique avec un rendu de silhouette par exemple.

En toute logique, la zone opposée indique la quantité de pixels blancs ou clairs. Un pic important sur le côté droit exprimera alors un cliché lumineux, dominé par l’absence de noir ou de zones d’ombres. Vous devrez cette fois aussi intervenir sur le réglage pour rééquilibrer l’image, pour renforcer un peu le contraste et apporter un peu de zones obscures sur l’ensemble du cliché. Sans cette procédure, vous aurez du mal à donner du relief à votre photographie.

Enfin, si les parties intermédiaires présentent le pic, il s’agit généralement d’un réglage standard, pour lequel l’appareil apporte de base le niveau normal d’exposition. Toutefois, il faut toujours penser à analyser une photo avant de la prendre, car même le réglage par défaut peut donner des résultats complètement inattendus. Dans un contexte similaire, vous pouvez également intervenir de façon identique pour un histogramme des couleurs, dont le niveau se règle de la même manière. Vous pouvez essentiellement vous servir de l’histogramme des couleurs pour arranger chaque composant coloré de l’image, à savoir le rouge, le vert et le bleu.

 

Utilisation d’un histogramme en préalable

L’histogramme photo s’affiche automatiquement sur l’écran de l’appareil, en fonction du modèle. Il peut aussi nécessiter une activation manuelle pour se montrer, mais dans tous les cas, son rôle se résume à une simple obligation : celle de disposer d’une bonne base de travail, pour faciliter ensuite les éventuelles modifications en post-traitement. Pour obtenir le meilleur résultat, il importe de savoir se servir de cet outil. Dans le domaine du prétraitement, c’est-à-dire avant que le cliché n’ait été tiré, voici quelques étapes faciles à suivre.

Pour commencer, affichez l’histogramme dans sa configuration par défaut. Une image standard vous révélera généralement la situation en temps réel de ce cliché que vous êtes en train de cadrer. Un rapide coup d’œil vous suffira pour analyser le graphique : trop de pixels à gauche indiquent une photo sous exposée. Pour rééquilibrer le tout, vous avez plusieurs options, dont la plus simple consiste à déplacer votre appareil ou orienter votre objectif vers une autre direction, de manière à pouvoir capturer plus de lumière vers le sujet ou l’objet à photographier.

Cependant, vous pouvez également vous servir de cet outil en fonction de votre intention photographique. Si vous pensez immortaliser un jeu d’ombres alors que la journée bat son plein avec un soleil radieux, vous pouvez intervenir sur les différents paramètres de réglage de votre appareil, et vérifier sur l’histogramme si vous réussissez à trouver le compromis idéal pour un portrait en contre-jour par exemple.

Utilisation d’un histogramme en post-traitement

Lorsque vous avez usé de toutes les possibilités pour obtenir une bonne base, il se peut que le résultat ne soit pas encore satisfaisant à 100%. Heureusement, il reste la possibilité de recourir à un histogramme photo en post-traitement, sous forme de logiciel dans lequel vous finaliserez les effets que vous recherchez sur chaque cliché. Mis à part la faisabilité de vérifier une photo pour confirmer qu’elle répond à votre objectif photographique, vous pouvez également vous en servir pour initier certaines modifications.

Vous pouvez en l’occurrence vous appuyer sur les données qu’il exprime pour apporter les retouches nécessaires, sans dénaturer l’intention du cliché. Dans l’exemple du portrait en mode sombre, l’histogramme est un repère pour vous indiquer une photo surexposée, car vous l’avez mise en boîte sous le soleil de plomb d’un été sur la plage. Intervenir sur les options de luminosité et de contraste vous aidera ainsi à régler les différents paramètres pour arriver à la photo idéale.

Un détail important avant de coucher votre projet sur papier en passant par une imprimante photo consiste à vérifier la teinte. L’histogramme vous indique ainsi s’il est nécessaire de corriger les couleurs d’une photo, afin de vous donner un rendu plus artistique. Vous pouvez décider d’appliquer une teinte particulière à une scène, en voyant l’évolution par l’intermédiaire de l’histogramme.

 

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES