Devenir photographe professionnel : avantages, formation, structure juridique

Dernière mise à jour: 04.10.22

 

Beaucoup de photographes passionnés finissent par passer le cap et veulent exercer en tant que photographes indépendants. Pourtant, ce monde est particulièrement vaste et il est important de tout savoir au préalable pour ne pas commettre d’erreurs. Alors, comment devenir un photographe indépendant ?

 

Devenir photographe professionnel, les privilèges et les inconvénients

Quand vous êtes un photographe professionnel indépendant, cela signifie que vous travaillez à votre propre compte. Étant donné que vous n’êtes pas salarié, vos revenus sont donc instables, du moins lors des premières périodes pendant lesquelles vous exercez. Par ailleurs, la somme que vous percevez varie en fonction de l’intensité de vos activités. Évidemment, il faudra du temps pour élargir vos carnets d’adresses. De leur côté, les clients sont de plus en plus exigeants puisqu’ils désirent trouver un photographe indépendant compétent.

C’est pourquoi la plupart des photographes amateurs exercent d’autres activités permettant d’arrondir les fins de mois. Au début, la photographie est encore un simple complément à votre revenu. Ainsi, elle demande beaucoup de patience et de persévérance avant d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés.

Le domaine de la photographie relève avant tout de la passion, cela signifie qu’il faudra aimer ce que vous faites pour réussir à percer dans ce secteur. D’ailleurs, il est aussi préférable de définir en avance le domaine dans lequel vous souhaitez vous consacrer. Vous pouvez par exemple choisir de devenir photographe de nature, animalier, évènementiel ou culinaire.

 

Quelles sont les études à suivre pour devenir photographe professionnel ?

Vous n’êtes pas obligé d’effectuer des études pour être photographe. Vous allez cerner les secrets de cet art au fur et à mesure que vous pratiquez. Cela signifie que vous pouvez faire des photos sans diplôme. Sinon, il existe des cursus qui vous permettront de maîtriser les techniques de base pour faire de la photographie. Quel que soit votre niveau, il est possible d’accéder à ces formations. 

D’un autre côté, il existe des formations de photographie à distance qui peuvent vous aider à tout apprendre sur ce métier. L’objectif de ce système d’enseignement, c’est de vous permettre d’être autodidacte. En plus des études que vous suivez, vous pouvez aussi élargir vos connaissances en faisant des recherches sur internet. Il existe également de nombreuses institutions privées qui proposent des cours pour devenir photographe professionnel. Pourtant, la qualité des études n’est pas toujours garantie. Nous recommandons justement de bien choisir la formation que vous allez suivre en vue d’obtenir un CAP en photographie.

Afin de renforcer vos compétences, il est aussi nécessaire de prévoir des stages dans les labos photo ou des studios. Il s’agit d’une étape essentielle qui vous permettra d’acquérir plus d’expérience et de vous familiariser plus rapidement à ce milieu.

 

Comment distinguer un photographe auteur et un photographe artisan ?

Faire la différence entre ces deux catégories de photographes est important pour déterminer le type de statut juridique à adopter.

Le photographe auteur réalise des photos selon ses désirs, il est aussi libre de choisir le domaine dans lequel il compte se spécialiser dès le début de sa carrière. Cependant, ses œuvres sont destinées à être montrées et vendues lors des expositions. Toutefois, il ne peut pas commercialiser ses ouvrages à des particuliers. Concernant son revenu, il faut préciser qu’il est payé en droit d’auteur. De plus, les tirages réalisés ne doivent pas dépasser les 30 copies. Avant de devenir un photographe indépendant, il faut donc savoir que vous ne pouvez pas effectuer des opérations commerciales. Par contre, vous pouvez profiter d’un régime fiscal assez intéressant.

En revanche, le photographe artisan est libre de vendre ses prestations à des entreprises ou des particuliers. C’est-à-dire qu’il peut faire toutes sortes de photographies comme les portraits, les shootings, les photographies de mode ou évènementielles. En tant que travailleur indépendant, il est dans l’obligation de créer sa propre société. En plus, il doit sélectionner un statut juridique pour pouvoir facturer les clients. Cette structure juridique est requise afin qu’il puisse exercer ses activités librement tout en respectant les lois en vigueur qui régissent le métier de photographe.

Utiliser le meilleur équipement pour réussir en tant que photographe freelance

Afin de réaliser des photographies de qualité sans employer de matériel coûteux, il est conseillé d’utiliser un mini studio photo. Ce dispositif vous fera gagner beaucoup de temps si vous prévoyez de faire de la photographie à la chaine. En effet, il permet de garder des paramètres de prise de vue à l’identique au fur et à mesure que vous prenez des clichés. Par ailleurs, il s’agit également d’un matériel pas cher qui se compose tout simplement d’une toile noire, un fond fait en vinyle et de plusieurs éclairages LED. Aussi, l’assemblage et le démontage s’effectuent en quelques minutes. Puis, il se range facilement n’importe où sans encombrer votre espace.

 

Comment choisir le statut juridique de photographe artisan ?

Tout comme les entrepreneurs, si vous souhaitez faire des photos votre métier, alors il faut commencer par déterminer un statut juridique qui définit par la suite votre régime social et fiscal.

Le statut auto-entrepreneur en photographie est la meilleure option pour les photographes artisans, c’est l’idéal si vous débutez dans l’entrepreneuriat individuel, surtout lorsque vous exercez une activité professionnelle et que la photographie n’est pour le moment qu’un complément de vos revenus. D’un côté, le régime fiscal et social est particulièrement intéressant et la comptabilité est également facilitée. En plus, les formalités à effectuer prennent peu de temps. La possibilité d’être franchisé de la TVA figure parmi l’un des avantages de ce statut juridique.

Quoi qu’il en soit, vous pouvez aussi trancher entre l’entreprise individuelle (EI) et l’entreprise individuelle à responsabilité limitée (EIRL) pour exercer le métier de photographe. Dans les deux cas, vous devez payer les impôts et les cotisations sociales par rapport aux bénéfices de votre société. Le second statut est d’ailleurs particulièrement avantageux puisqu’il assure la protection de vos biens personnels si jamais vous vous endettez.

Dorénavant, vous avez tous les clés en main pour être un photographe indépendant !

 

Laisser un commentaire

0 COMMENTAIRES